Interview avec Roger Nordmann

Conseil national et président du Swissolar

Swiss Metering: Swissolar représente les intérêts d’environ 500 membres de l’association avec plus de 10‘000 emplois dans l’industrie suisse de l’énergie solaire. Dans vos commentaires sur la révision en courant de l’ordonnance sur l’énergie vous vous plaignez que les coûts des services de comptage sont trop élevés. Où est le problème et comment se présente à vôtre point d’vue la situation?   


Roger Nordmann: A partir de 30 kW un dispositif de mesure de la courbe de charge est obligatoire. D’un point d’vue systémique ça fait du sens, même si à l’heure actuelle les donnes ne sont pas encore utilisées en temps réel. Beaucoup d’usines de production d’électricité demandent des loyers très élevés pour ces compteurs ; à partir de 600 CHF par an. Comme le coût d’investissement des systèmes photovoltaïques (PV), et par conséquent les tarifs RPC (Rétribution à prix coûtant du courant injecté) sont abandonnés, ça a trop de poids. Spécifiquement à un système de 30 kW, qui produit 30 000 kWh, signifie 600 CHF couts d‘loyer annuel pour le compteur coût de 2 centimes par kWh. Ceci est totalement disproportionné, et peut déplacer au prix de revient de 20 centimes projets dans le domaine de la rentabilité. En fin après 25 ans ont a payé 15‘000 CHF pour le mesurage. 

 

 

Swiss Metering: N’a le conseil fédéral pas déjà règle que dans les domaines du mesurage un marché existe en fait et que les consommateurs ont déjà la possibilité de choisir leur propre fournisseur de services de comptage?


Nordmann: Comme le pourcentage de la location du compteur de charge est progressivement devenu insupportable à cause de la réduction des coûts de PV, j’ai personnellement étudié le problème et j’ai découvert que le domaine du mesurage est libéralisé. (Art. 8 Ordonnance sur l'approvisionnement en électricité) (OApEl) Nous avons communiqué immédiatement l’industrie. Cela a contribué à diverses parties comme Swissmetering se mettant dans l’espace et ont commencé d’offrir des solutions moins chères.



Swiss Metering: L'approvisionnement en électricité fournit une autorégulation, selon laquelle les opérateurs de réseaux eux-mêmes devraient réglementer l'accès au service de mesure pour des fournisseurs troisièmes. Cette mission n'a pas été exécutée au cours des dernières années. Pensez-vous que l'autorégulation fonctionne si l'industrie concernée doit jeter un morceau de leur marché? Qu'est-ce qui peut être fait à partir de votre point de vue par qui, ainsi que l'ouverture du marché ne doit pas être combattu dans un processus long  et que les consommateurs d'électricité ne doivent pas attendre des années pour des offres moins chères pour la mesure de courbe de charge?


Nordmann: Cette pratique de mesure était une situation de rente injustifiée pour les fournisseurs d'électricité. « First mover » comme Swissmetering ce doivent maintenant prévaloir dans la pratique dans différents fournisseurs d’électricité. S’ils ne coopèrent pas on doit les menacer avec la transition vers Elcom (Commission fédérale de l'électricité) et, si nécessaire, cette menace doit être mise en œuvre. Un changement dans la réglementation ne serait à rien parce que le marché est déjà libéralisé. Du point d’vue des installateurs, il devrait être à point pour soutenir un tel « first mover ».



Swiss Metering: Quelles potentielles économiques voyez-vous dans les domaines de coûts pour la mesure de courbe de charge. Et quelle importance cela at-il pour le photovoltaïque en Suisse?


Nordmann: L’OFEN (Office fédéral de l'énergie) navigue avec les tarifs RPC très proches de vent, parce que le Conseil fédéral veut obtenir autant de kWh que possible avec les  fonds de la RPC; qui est utile en soi. À notre avis, actuellement les réductions tarifaires sont un peu trop rapidement. Pour les systèmes PV moyennes (30 à 100 kW), le centre de contre-courant est un facteur de coût important, ce qui va maintenant être réduite. D'ailleurs, j’attends soutien actif de l’OFEN pour réduire les coûts dans les domaines de mesurage.



Swiss Metering: De nombreux fournisseurs d’électricité estiment qu'ils sont responsables pour le mesurage. Ils craignent que la fiabilité du mesurage puisse souffrir à travers les nombreuses interfaces supplémentaires, si les prestataires privés apparaissent ici. Pour-vous un marché libéralisé dans les domaines de mesurage est-il nécessaire et appropriée?


Nordmann: On a maintenant déjà un marché. Par conséquent, il devrait jouer. Si on veut encore faire un monopole, il serait possible, mais ça nécessitait si que les tarifs soient contrôlés strictement par l'Etat. Jusque a maintenant, les fournisseurs étaient dans une position confortable; légalement un marché sans contrôle des prix. En fait, un monopole territorial qui eux a permis de mettre des tarifs trop élevés.